Aucun résultat trouvé pour votre recherche

Histoire et réalisations

Plonger au cœur du Groupe Ortec, c’est remonter dans plus de 25 ans de succès et de racines multiples. Retrouvez les grands moments qui ont fait l’histoire du Groupe.

2017 : Année charnière pour le projet D.U.S

Après avoir participé à la phase d’études préliminaires du programme d’installation des DUS (Diesels d’Ultime Secours) dans les centrales nucléaires françaises, Ortec engage les travaux sur 38 des 58 réacteurs. Fin du déploiement fin 2018.

2017 : DUS

2016 : quatre pôles au service des clients

Le Groupe se restructure autour de 4 pôles : Engineering, Contracting France, Contracting International et Global Services. Cette nouvelle organisation vise à répondre encore plus efficacement aux problématiques des clients en alignant les expertises métiers aux secteurs d’activités.

2016 : 4 Pôles

2013-2017, les acquisitions se poursuivent

Ducamp en 2013, Sonovision en 2014, Cico Centre et VDLS en 2015, Brunet en 2017 : les différentes acquisitions du Groupe permettent à Ortec de renforcer sa présence dans les domaines du service à l’environnement, de l’ingénierie aéronautique et aérospatiale, du nucléaire civil ou encore de l’électricité, du courant faible et du génie climatique.

2013-2017 ACQUISITIONS

2008, l’homme toujours plus au centre

Le Groupe crée les Casques d’Or’, une distinction qui valorise les hommes et les métiers d’Ortec, à travers leur savoir-faire et leur savoir-être, ainsi que le projet « Ortec, La Vie Ensemble », dont les programmes apportent un soutien aux collaborateurs en difficultés dans leur vie quotidienne. L’année suivante, Ortec lance O’Métier, un plan destiné à auditer, confirmer, renforcer et développer les compétences. En 2012, ÉLÉE, l’école interne du groupe (créée en 2002), déménage à Lançon-Provence et devient un véritable centre technique de formation technique.

2008 L'homme au centre

2006, une nouvelle dimension : 2005, création de Valortec

Valortec, le premier centre de traitement du groupe, est créé à Rognac (13), suivi de plusieurs autres. À partir de 2012, Ortec développe des biocentres pour traiter les terres polluées via la technique du biopile : une dégradation naturelle obtenue par stimulation de l’activité bactérienne. En 2013, l’acquisition de Ducamp permet au groupe de renforcer son offre avec trois centres supplémentaires : Antipol, TRD et VTS.

2005 VALORTEC

2004, la diversification se poursuit

Oralys, une agence autonome regroupant les activités d’ingénierie administrative, voit le jour alors que le Groupe Ortec poursuit son développement dans tous les domaines, y compris à l’international. Ortec commence notamment à transférer ses métiers « historiques » du secteur pétrolier et de l’environnement sur le continent africain.

2004 DIVERSIFICATION

2002, mise en place du plan Ortec Vigilance

Lancement d’Ortec Vigilance, un véritable plan de bataille pour améliorer les performances du groupe en sécurité. En 2003, à l’occasion des « États généraux de la sécurité », les chefs d’agence et correspondants QSE d’Ortec, signent des contrats pour renouveler leur engagement pour la sécurité, en mettant en œuvre des plans d’action personnalisés au sein de chaque entité.

2002 : Ortec Vigilance

2000, premier forum des décideurs de l’industrie

Le groupe organise son premier Forum des décideurs de l’industrie, sur le thème de l’externalisation. A cours de cet événement, où les plus grands clients d’Ortec étaient réunis – tous les convives ont été invité à réfléchir et échanger sur des thèmes liés à l’économie et à l’industrie. Rebaptisé O.Forum, il est devenu un rendez-vous incontournable et attendu par tous les professionnels reconnus dans le secteur.

2000 : 1er Forum Ortec

1999, les débuts du concept de contrat global

Ortec est présélectionné par BP pour assurer la gestion de la maintenance de la raffinerie de Lavéra (13), toutes activités confondues : montage, levage, mécanique, tuyauterie, déchets, nettoyage industriel, électricité, génie civil, peinture, et même les espaces verts. Pour emporter le contrat, Ortec initie un groupement d’entreprises au sein de la société NCM (Nouveau Contrat de Maintenance). Succès pour la réalisation de ce contrat – orchestré par le groupe – qui préfigure le nouveau concept de Global Services, qui constitue aujourd’hui l’offre principale du groupe.

1999 Contrats Globaux

1997-1998, création de nouvelles filiales

Le Groupe Ortec continue sa progression et sa diversification dans de nombreux secteurs : création de la filiale Orsem – dédiée à la valorisation de boues industrielles non toxiques et de terres polluées, d’Orys – spécialisée dans la maintenance nucléaire, d’Ortec-GSI – experte de la dépollution des sols et sous-sols.

1997-1998 NOUVELLES FILIALES

1996, Ortec, le déploiement : Friedlander rejoint le Groupe

Grâce à l’acquisition de Friedlander, Ortec double sa capacité d’intervention et renforce son réseau national et international, notamment en Afrique. Il devient l’interlocuteur privilégié des industriels par l’obtention de contrats pluriannuels. 1996 est aussi l’année où le groupe déménage son siège, de Vitrolles à Aix-en-Provence 13).

Plateforme pétrolière "offshore"

1995, les premiers contrats « Usine propre »

Ortec lance ses premiers contrats « Usine propre », conçus pour proposer à ses clients une gestion globale des déchets issus de leurs usines ou établissements. Ces types de contrats continuent à rencontrer un vif succès.

Vue aérienne d'un site pétro chimique

1994, de beaux projets dans l'énergie

Ortec est chargé par le CIPN (Centre d’Ingénierie du Parc Nucléaire) d’évacuer les couvercles de l’ensemble des centrales nucléaires françaises. Pour réaliser cette opération, le groupe met en place un système de vérins à câbles modulaires, transportable et démontable, qui servira 10 ans plus tard à évacuer les générateurs de vapeur.

1994 NUCLEAIRE

1992-1993, l’environnement, un secteur porteur

Le Groupe Ortec se fait connaître en réalisant de grands chantiers dans le domaine de la gestion des déchets et de la dépollution, comme à l’usine de Grande Paroisse, un fabricant d’engrais azotés au sud de Toulouse.

1992-1993 ENVIRONNEMENT

1992, l'indépendance d’Ortec

Via une opération baptisée « Ortec rachète Ortec », les cadres dirigeants d’Ortec rachètent leur entité par LMBO (Leverage Management Buy-Out) : ils engagent leur épargne personnelle, le reste étant financé par un emprunt bancaire. Cette opération signe la naissance officielle d’Ortec, groupe de services à l’industrie indépendant à actionnariat privé, prêt à se lancer dans une nouvelle aventure.

1992 INDEPENDANCE ORTEC

1987-1989: naissance d’Ortec

Avec le rachat de Buzzichelli en 1987, le DMIE renforce son potentiel de réalisation de travaux en propre et complète son offre dans le montage, le levage et la tuyauterie. Il propose des activités de construction (travaux neufs) et se diversifie dans le secteur nucléaire. En 1989, un nouvel ensemble se créé, rassemblant 20 filiales du DMIE et de Buzzichelli. Il est nommé Ortec.

1987 ORTEC

1983, création du DMIE

Les métiers complémentaires intervenant dans le secteur industriel sont regroupés au sein du Département Maintenance Industrielle et Environnement (DMIE), qui réunit les agences industrielles et le SOM, soit une équipe de 300 personnes.

1983 DMIE

1980, création de SOM

Au sein de Onet, département du groupe spécialisé dans le nettoyage, André Einaudi crée le SOM (Service, Organisation, Méthodes). L’enjeu, dans un premier temps, est de répondre au Groupe Total à la recherche d’un intervenant pour organiser le premier arrêt de production de sa raffinerie de La Mède. Cette structure, qui permet d’externaliser entièrement l’arrêt, tout en garantissant des délais de réalisation plus courts et un niveau optimal de sécurité et de qualité, est rapidement sollicitée par de nombreux autres industriels de l’Étang-de-Berre (13).

1980 SOM

1952 : Fondation de Buzzichelli

Dante Buzzichelli lance à Martigues (13) une société de levage. Son fils Lilian emboîte ces pas en créant une seconde stucture en 1957. Les deux fusionnent en 1960 et s’installent à Toulouse sous le nom de Société Anonyme des Entreprises Buzzichelli. Elle exerce deux activités : le levage et le montage mécanique. À partir de 1973, la société participe à la construction de plateformes pétrolières offshore en Mer du Nord, puis à partir de 1975, à celles des centrales nucléaires françaises. En 1983, Buzzichelli reprend Setip, une entreprise de Vitrolles spécialisée en installation de tuyauterie.

1952 BUZICHELLI

1936 : Création de Friedlander

Ferdinand Friedlander crée une chaudronnerie afin de réaliser des travaux de maintenance pour les huileries et savonneries marseillaises. Son gendre Pierre Duclot, reprend l’affaire en 1951 et diversifie sa clientèle en se tournant vers les grands acteurs de la pétrochimie, puis du nucléaire. En 1956, Friedlander réalise la tuyauterie de refroidissement des turbines du réacteur G1 de Marcoule. En 1978, un an après avoir été reprise par le groupe GTM, elle pose pour la première fois le pied en Afrique, en participant à la construction de la raffinerie SIR (Société Ivoirienne de Raffinage).

1936 FRIEDLANDER